Tractations en coulisse autour de la concession des autoroutes

Par

Alors que de nouvelles négociations secrètes ont lieu entre l’État et les sociétés d’autoroutes, le rapporteur de la commission d’enquête sénatoriale met en garde le gouvernement et lui rappelle son opposition à tout allongement de la durée des concessions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On aurait pu penser que toute négociation entre l’État et les sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA) en vue d’un nouvel allongement de la durée des concessions était désormais exclue. Pour de multiples raisons : parce que le dernier accord secret en date, celui de 2015, qui avait été défendu à l’époque par Emmanuel Macron et Ségolène Royal, et que Mediapart avait finalement révélé, a fait scandale ; parce que les Français savent pertinemment que ces cadeaux faits aux concessionnaires se sont prolongés par des versements indécents de dividendes au profit des actionnaires des autoroutes, financés par les hausses de tarifs des péages imposées aux automobilistes ; parce que dans un rapport ponctuant sa commission d’enquête parlementaire, le Sénat vient tout juste de mettre en garde le gouvernement, en faisant remarquer que s’il fallait pour l’avenir proscrire une seule mesure, c’était assurément l’allongement des durées des concessions.