Affaire Bridey: des centaines de milliers d’euros suspects

Par et

Dîners au champagne, soirée avec Macron, doubles remboursements, commandes de truffes fraîches « 1er choix »… De nouveaux documents consultés par Mediapart dessinent le système généralisé dont a bénéficié le député Jean-Jacques Bridey quand il dirigeait la ville de Fresnes et sa petite société d’économie mixte qui a souvent réglé des ardoises sans rapport avec son activité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«On ne va pas en faire un fromage. » Depuis que Mediapart documente la façon dont le député La République en marche (LREM) Jean-Jacques Bridey jonglait avec ses notes de frais lorsqu’il dirigeait la ville de Fresnes (Val-de-Marne) et sa société d’économie mixte locale d’aménagement (Semaf), l’intéressé s’emploie à minimiser les faits. À chaque fois qu’on l’interroge sur les affaires qui le menacent (voir notre boîte noire), l’élu fait part de sa « surprise ».