«Gilets jaunes»: face aux violences, l’irresponsabilité du pouvoir

Face à la radicalisation de certains « gilets jaunes », le gouvernement annonce un samedi de manifestations extrêmement violent et évoque même des morts à venir. Ce discours du pire, allié à des demi-mesures qui ne répondent pas à l’urgence sociale, attise plus la colère qu’il ne l’apaise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La prochaine manifestation parisienne des « gilets jaunes » du samedi 8 décembre va être le théâtre de violences extrêmes et provoquera, peut-être, des morts. Une prophétie répétée à l'envi ces derniers jours, dans les médias, sur les réseaux sociaux et surtout, au sommet de l’État, qui est pourtant le seul à avoir les moyens de dénouer la situation.