Ils mènent désormais l’enquête par les deux bouts. Non seulement les limiers de l'« affaire libyenne » remontent les pistes des fonds distribués par le régime de Kadhafi, mais ils cherchent en aval quelles dépenses l’équipe de Nicolas Sarkozy aurait pu régler en espèces lors de la campagne de 2007. D’après nos informations, les policiers de l’Office anti-corruption (OCLCIFF) de Nanterre ont ainsi recueilli, vendredi 6 janvier, le témoignage de Jérôme Lavrilleux.