Panama Papers : l'insupportable tolérance face à la Société générale

Par

La Société générale se retrouve une nouvelle fois sur le devant de la scène médiatique. Les documents Panama Papers révèlent que sa filiale luxembourgeoise a immatriculé 979 sociétés par le biais du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca. Le gouvernement feint l’indignation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Combien de fois ces promesses ont-elles été faites depuis le début de la crise financière de 2008 ? À chaque nouveau scandale bancaire, d’UBS à HSBC, à chaque nouvelle révélation – OffshoreLeaks, LuxLeaks –, les responsables politiques nous assurent la même chose : les paradis fiscaux, c’est fini ! Les responsables de ces évasions fiscales ne resteront pas impunis ! Les nouvelles révélations des Panama Papers apportent la preuve du contraire. L’évasion fiscale ne s’est jamais aussi bien portée. Elle fait perdre entre 40 et 60 milliards de recettes fiscales par an à la France.