En Seine-Saint-Denis, la médecine de ville sans personne à son chevet

Par Latifa Oulkhouir (Bondy Blog Pour Mediapart)

Un maillage médical insuffisant, une difficulté d’accès aux droits : soigner en Seine-Saint-Denis s’apparente à un sacerdoce. Pourtant, des médecins ont fait le choix d’exercer sur ce territoire où la précarité est la norme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un après-midi de décembre, Ali* (les prénoms marqués d’un astérisque ont été modifiés), Bondynois de 34 ans, est appelé par la crèche pour venir récupérer son fils, âgé de moins d’un an à l’époque, souffrant. Douleurs et fièvre sont au rendez-vous. Il fait le tour des médecins de la ville : personne n’est disponible. Il contacte donc SOS Médecins. « Ça décroche plutôt rapidement, je tente de leur expliquer l’état de santé de mon fils, mais on me coupe très rapidement en me demandant mon lieu de résidence. La réponse est quasi automatique : “Désolée monsieur, aucun médecin n’est disponible sur votre zone ce soir.” »