L’avocat Claude Guéant se défend bien mal

Par et

Comme les précédentes, les nouvelles explications fournies par l’ancien ministre de l’intérieur pour justifier les importantes sommes en espèces qu'il a reçues sont démenties, cette fois par une note signée de sa main en 1998.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La défense de Claude Guéant devient de plus en plus confuse, pour ne pas dire pathétique. Épinglé voici une semaine par Le Canard enchaîné pour la découverte d’importants achats en liquide (20 à 25 000 euros) lors de perquisitions effectuées chez lui par le parquet de Paris en février dernier, l’ancien secrétaire général de l’Élysée et ex-ministre de l’intérieur de Sarkozy avait d’abord parlé de « primes de cabinet » pour justifier l’origine de cet argent. Las, il avait aussitôt été démenti par l’ancien ministre (PS) de l’intérieur Daniel Vaillant, ces primes en espèces ayant été supprimées en 2002 par le gouvernement Jospin, qui les a transformées en indemnités déclarées et versées par virement…