Les dossiers noirs de l’argentier du rugby et de Bernard Laporte

Par

Trésorier de la campagne du président de la Fédération française de rugby et fidèle lieutenant du co-président de “Paris 2024”, Claude Atcher revient sur le devant de la scène du sport français. Un étonnant retour en grâce pour cet homme de l’ombre qui accumule les affaires depuis vingt-cinq ans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le rugby français est sens dessus dessous. Moins d’un an après son élection, le président de la fédération (FFR) Bernard Laporte est sévèrement secoué par des soupçons de conflits d’intérêts depuis les révélations du JDD sur son contrat le liant à l’homme d’affaires Mohed Altrad, président du club de Montpellier. Saisie par la ministre Laura Flessel, l’Inspection générale de la jeunesse et des sports a ouvert une enquête dont les conclusions sont attendues dans les prochaines semaines. Ira-t-elle jusqu’à élargir ses investigations aux proches de Laporte, au premier rang desquels figure Claude Atcher, le grand argentier de l’Ovalie ?