NOTRE-DAME-DES-LANDES

Notre-Dame-des-Landes: des milliers de personnes attendues sur la ZAD

Les opposants à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes maintiennent le bras-de-fer avec le gouvernement. Un rassemblement de grande ampleur est prévu samedi sur la ZAD. La CGT de Vinci, concessionnaire du projet, y participe et appelle ses syndiqués à exercer leur droit de retrait pour empêcher le chantier. Le mouvement se développe en rupture avec les partis politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Des milliers de personnes, voire des dizaines de milliers, sont attendues sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ce week-end pour « empêcher l’aéroport » et protéger la zone contre l’intervention des gendarmes mobiles. Pourtant, la préfecture de Loire-Atlantique n’envisage pas d’interdire la manifestation. Alors que l’état d’urgence est toujours déclaré, cette décision illustre le rapport de force que le mouvement contre le projet d’aéroport du Grand Ouest réussit à maintenir avec les pouvoirs publics.
Malgré le vote à 55 % en faveur de la nouvelle aérogare, les opposants n’ont pas baissé la garde et s’organisent pour résister en cas d’évacuation de la zone de 1 650 hectares, dans le bocage de la périphérie nantaise, où vivent 200 à 300 occupants. À plusieurs reprises, Manuel Valls a fait savoir qu’il souhaitait vider la ZAD de ses habitants en octobre. Mais avec l’imminence de l’évacuation des campements de réfugiés à Calais et aux alentours, le respect de cette échéance semble improbable. Le 1er novembre, le début de la trêve hivernale rend délicate la perspective d’une évacuation des paysans historiques, de leurs familles et de leur cheptel. En l’absence d’information et dans une défiance maximale envers les institutions, un réseau de veille s’est mis en place pour flairer la moindre amorce de travaux ou l’envoi de troupes. Des tracteurs sont prêts à partir en action de protestation au premier coup de pioche. « La consultation ne change rien au fond du dossier, explique Vincent Delabouglise, porte-parole de COPAINS, un collectif de paysans anti-aéroport : « La déclaration d’utilité publique de 2008 s’est faite sur des données fausses. Notre rôle de paysan est d’agir en lanceurs d’alerte. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec
Financement de la vie politique — Enquête
Macron 2017 : l’enquête interdite
Un service du ministère de l’intérieur a alerté, en 2019, sur des prestations de sécurité pendant la campagne présidentielle « vraisemblablement réalisées dans des conditions illégales ». L’affaire, potentiellement embarrassante pour l’Élysée, a été enterrée. Nos révélations.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Blanquer, l’école à la renverse — Reportage
Grève à l’école : « Nous sommes au point de rupture »
Des dizaines de milliers de personnes dans les rues, une forte proportion de grévistes, et une mobilisation qualifiée d’« historique » par ses organisateurs. Jeudi, les personnels des écoles, collèges et lycées ont exprimé leur « ras-le-bol » de Jean-Michel Blanquer.
par Lucie Delaporte, Dan Israel, Khedidja Zerouali et Manuel Sanson
Santé
Variant Omicron : le dernier grand faucheur ?
Apparu après Alpha et Delta, Omicron ne clôturera pas le bal des variants. Mais il pourrait marquer le début de la fin pour les formes graves du Covid-19, estiment plusieurs experts. Voici pourquoi.
par Lise Barnéoud

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik