A Rouen, la préfecture sous-estime la pollution à l’amiante

Par et Manuel Sanson (Le Poulpe)

Le préfet de Seine-Maritime et la ministre de la santé assurent que l’incendie de Lubrizol à Rouen ne cause pas de risque d’amiante. Mais l’État interprète mal ses propres chiffres et en ignore d’autres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’incendie de l’usine Lubrizol et de l’entrepôt Normandie Logistique à Rouen le 26 septembre a-t-il rejeté une dangereuse quantité de fibres d’amiante dans l’air ? Le toit du bâtiment était composé de Fibrociment. Lors de l’incendie et de l’explosion qui a suivi, des fragments de toiture ont sans doute été projetés, pour certains, à plusieurs kilomètres à la ronde.