«Le FN réussit à incarner le vote utile contre la gauche»

Par et

Le vote Front national devient « un vote de plus en plus national » et « inter-classiste ». C'est ce qu'estiment cinq chercheurs de l'Observatoire des radicalités politiques (ORAP) de la fondation Jean-Jaurès. Dans une analyse fine des résultats, ils mettent en évidence « l'hégémonie culturelle » de l'extrême droite, l'échec de la « stratégie Buisson » de la droite et l'aveuglement de la gauche. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche, le Front national a confirmé, à nouveau, son enracinement dans le territoire. À un an et demi de l'élection présidentielle, le parti d'extrême droite a recueilli plus de 6 millions de voix (27,93 %) et est arrivé en tête dans six des treize régions. Un score plus important qu'aux européennes de 2014 (4 712 461 voix, 24,86 % des suffrages) et qu'aux départementales de mars 2015 (5 142 241 de voix au premier tour, 25,24 %).