SOCIAL

A Strasbourg, RSI Vidéo se vide de ses salariés en proie à la souffrance

Face à une souffrance au travail niée par leur direction, 37 salariés et ex-employés d’une entreprise alsacienne, soutenus par la CFDT et les élus du personnel, ont porté plainte au pénal pour harcèlement moral organisationnel. Une action rarissime.

Manuel Jardinaud

8 janvier 2021 à 12h39

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

La démarche est exceptionnelle. Le 2 décembre 2020, 37 salariés et ex-employés de l’entreprise RSI Vidéo, accompagnés du comité social et économique (CSE) et de la CFDT Communication, conseil et culture, ont déposé une plainte pénale auprès du procureur de la République contre leur employeur ainsi que contre quatre dirigeants ou anciens cadres pour harcèlement moral. Cela représente plus des deux tiers de l’effectif de cette société basée à Strasbourg (Alsace).

La plainte, que Mediapart a pu consulter, illustre la lente agonie d’équipes qui se désagrègent, et dresse en creux une stratégie pour vider l’entreprise de ses salariés, alors qu’un plan de sauvegarde pour l’emploi (PSE) présenté à l’été 2019 a avorté.

« Les victimes entendent dénoncer le harcèlement moral organisationnel mis en place au sein de la société, ainsi que l’atteinte à l’intégrité psychique et physique des salariés », conclut la plainte, espérant y voir une possibilité de procès, puis de condamnation sur le modèle de celle de France Télécom en décembre 2019.

Palais de justice de Strasbourg. © Frédérick Florin / AFP

Les plaignants affirment : « Il faut relever que le cabinet Alixio [qui a effectué une expertise après une alerte pour danger grave et imminent fin 2019 – ndlr] a relevé que 85 % des salariés présentaient des troubles psychologiques avec le contexte actuel et 56 % des salariés présentaient des manifestations physiques associées à la situation actuelle, au moment de l’expertise début 2020, ce qui est démesurément élevé ! »

De l’ancien directeur financier au développeur, de la responsable de la communication aux commerciaux, tout le monde est touché. Entre début 2018 et fin 2020, date du dépôt de la plainte, l’effectif de RSI Vidéo dégringole de 81 à 48 salariés, sans qu’aucun plan social soit mis en œuvre, et alors que la santé économique de l’entreprise demeure très bonne. Dans le même temps, dix membres du comité de direction sont évincés. Aucun n’est remplacé, y compris sur le site.

Fondée en 2000, RSI Vidéo est une success story locale qui emploie déjà 95 salariés en 2015. Elle conçoit des systèmes de surveillance vidéo et de sécurité, principalement pour les particuliers. En 2016, elle est rachetée par le géant américain Honeywell qui, deux ans après, via un spin-off (c’est-à-dire la création d’une entité pour regrouper des activités de même nature), la transfère au sein de Resideo qui agrège d’autres entreprises du groupe.

Le management est rapidement changé, et débute la valse des dirigeants, pour la plupart américains, parfois même non francophones. « Les choses ont commencé à se dégrader dès le rachat, témoigne un ingénieur, dont le service de recherche et développement regroupe la moitié de l’effectif. Des gens partaient et n’étaient jamais remplacés. Des projets s’arrêtaient du jour au lendemain. On nous disait que c’était décidé d’en haut, mais qu’il ne fallait pas s’inquiéter. »

À cette époque, l’ingénieur se dit confiant, l’entreprise marche bien, elle est très rentable et possède des brevets exclusifs. Chacun est fier d’y travailler, depuis plusieurs années déjà pour un bon nombre.

En fait, selon nos informations, ce qu’ignorent la plupart des salariés, c’est que Resideo a pour projet de passer de dix-sept à cinq centres de recherche dans le monde, et de privilégier en France celui de Mougins, dans les Alpes-Maritimes, au détriment de celui de Strasbourg. Il faut intégrer de force la petite entreprise gauloise à la grosse machine américaine.

Un ancien dirigeant, qui souhaite rester anonyme, affirme que peu à peu l’entreprise est vidée d’un management d’expérience et que, parmi trois des personnes visées par la plainte (dont la DRH, devenue délégataire du président), aucune n’a « de pouvoir institutionnel ». « Ils collent des timbres, ironise-t-il, car le pouvoir est concentré aux États-Unis. » « Ce sont des bizuts qui sont aux commandes », conclut-il, pour expliquer une partie de la déconfiture de l’entreprise et le mal-être réel qui va en découler au sein des équipes.

Puisqu’il faut rationaliser, et aussi mutualiser, le mieux est encore de se débarrasser des salariés en trop. En juillet 2019, sans aucune alerte « ni signaux faibles », selon l’ancien cadre supérieur interrogé, un PSE est présenté devant les élus du personnel en comité d’entreprise (devenu depuis le CSE). La surprise est totale, d’autant qu’il touche la recherche et le développement, soit plus de 30 ingénieurs et techniciens qui font la force de l’entreprise.

« Je vois des salariés pleurer. L’absentéisme est édifiant »

D’ailleurs, un audit effectué par un cabinet mandaté par le CSE, et rendu à l’automne 2019, évoque « des résultats remarquables » de RSI Vidéo, ainsi que « des performances robustes ». Et même si les experts pointent une stratégie à trois ans plus grise, il n’y a rien qui justifierait de se séparer de 40 % de l’effectif.

Un défaut d’informations aux élus du personnel permet de suspendre le plan social, d’autant que des élections professionnelles doivent avoir lieu à la rentrée 2019 pour renouveler les représentants des salariés et mettre en place le CSE nouvelle formule. Le PSE ne sera jamais réactivé et pourtant les départs vont se succéder, même si l’immense majorité des demandes de rupture conventionnelle sont refusées.

Cyrielle Klein, secrétaire du CSE, témoigne de l’acharnement à faire mourir l’entreprise à petit feu. Comme responsable de la communication, « mon budget a été réduit de 40 % », assure-t-elle, qui se considère comme mise au placard depuis sa prise de fonction comme élue, avec la perte de la gestion d’une marque et le retrait d’activités commerciales. « Depuis juin 2020, je considère que 95 % de mon travail m’a été retiré. » Elle a été mise en arrêt maladie en décembre dernier.

De son côté, l’ancien cadre dirigeant évoque une charge de travail qui a augmenté d’un bon tiers à cause des départs non remplacés. Il dit avoir « descendu l’escalier tout doucement », entrant dans « une période physiquement et psychologiquement de plus en plus difficile ». Il se souvient du « contact quotidien avec la souffrance » : « Je vois des salariés pleurer. L’absentéisme est édifiant. » En février 2020, il s’effondre à cause « d’un épuisement physique et moral ». Il sera licencié peu de temps après.

Un ingénieur du bureau d’études, principalement visé par le PSE avorté, parle « d’un service qui se dépeuple ». « L’entreprise arrête de se préoccuper des gens pour qu’ils aient envie de partir ou de se mettre en arrêt maladie », résume le trentenaire. Il a démissionné au printemps dernier.

François Griset, délégué syndical CFDT et à l’origine de la plainte au pénal : « Deux fois par semaine au moins, des salariés m’appellent pour des problèmes de sommeil, en pleurs. » Le syndicaliste évoque la peur et le stress qui circulent dans l’entreprise et qui conduisent à un taux d’absentéisme qui atteint 20 % de l’effectif restant, selon lui.

L’augmentation du mal-être ne faiblit pas fin 2019. Une alerte pour danger grave et imminent est actionnée par le CSE au nom de l’ensemble des salariés. Trois mois plus tard, coup sur coup, l’inspectrice du travail et la médecin du travail écrivent à la direction avec des mots choisis.

La première enjoint au management d’« évaluer les facteurs de troubles psychosociaux » et de « mettre en œuvre les actions adaptées pour supprimer ce risque ainsi que les troubles existants ». La seconde, quelques jours plus tôt, en février 2020, parle de « très nette détérioration de la santé d’une partie [des] salariés », avec des causes multiples comme « une surcharge de travail pour certains », « une absence totale de travail pour d’autres » et « une perte de sens au travail ».

La direction se décide enfin à agir, et notamment à examiner une demande du CSE de mettre en place une démarche de gestion prévisionnelle des emplois et compétences afin de cadrer l’avenir et de donner des perspectives. Demande qui restera finalement lettre morte, malgré toutes les alertes déclenchées que les dirigeants ne pouvaient ignorer.

De fait, dans un document estampillé « Confidentiel » datant de mars 2020, dont Mediapart a pris connaissance, la direction de Resideo donne les résultats d’une consultation des salariés sur leur situation dans l’entreprise et leur sentiment sur la stratégie du groupe. Le constat est implacable sur le divorce d’avec les équipes.

L’enquête menée par le CSE montre que 86 % des salariés se méfient ou n’ont aucune confiance dans la direction, 70 % souhaitent quitter l’entreprise (et 25 % restent par dépit). La grande majorité valide la proposition du CSE « d’un plan de transition », qui n’a pas vu le jour.

Sollicitée par Mediapart, l’actuelle direction a refusé de répondre sur des points précis de cette séquence de deux ans. Une porte-parole basée en Grande-Bretagne se contente d’écrire, dans une langue de bois managériale : « Le bien-être de nos employés est, pour nous, de la plus haute importance et nous déployons les moyens nécessaires pour demeurer à leur écoute. Comme vous le comprendrez, nous ne ferons pas de commentaires sur des questions qui pourraient faire l’objet de poursuites judiciaires. »

Une écoute finalement si passive que, comme l’explique Cyrielle Klein, « la plainte au pénal était [son] dernier recours après avoir tenté pendant des mois d’expliquer combien les gens allaient mal ». Elle parle de « gâchis », de « point de non-retour » et, à titre personnel, dit « ne voir d’autre solution qu’à terme quitter l’entreprise ».

L’ancien directeur, lui, est désormais à la recherche d’un emploi, expliquant avoir mis du temps pour se retaper. « Je me disais pendant des mois qu’on allait dans le mur. Et on est allés dans le mur », se rappelle-t-il, comme parlant de sa propre situation.

Quant à l’ingénieur qui a vu son service se vider, il a récemment retrouvé un poste moins bien payé mais qui lui permet de vivre mieux. « Je prends de temps en temps des nouvelles des gens qui sont restés, confie-t-il. J’ai envie de pleurer. Maintenant, j’ai peur d’en demander à nouveau tellement c’est triste. »

Manuel Jardinaud


18 commentaires

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne