Cahuzac dans la tourmente, son procès suspendu à une question de droit

Par

L'ex-ministre a subi des remarques cinglantes du procureur au premier jour de son procès. Après les plaidoiries sur les questions de droit, les débats sont suspendus jusqu'à mercredi matin. On saura alors si le procès se poursuit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mâchoires serrées, œil noir, Jérôme Cahuzac sait qu’il joue gros, ce lundi, à l’ouverture de son procès. Jugé pour blanchiment de fraude fiscale, ainsi que son ex-épouse, Patricia Cahuzac, la banque Reyl, le banquier François Reyl et le « consultant » Philippe Houman, l’ancien ministre du budget est peut-être celui qui a le plus à perdre face à la justice. Pour entrer dans la salle d'audience du Palais de justice de Paris, il a dû jouer des coudes au milieu d'une mêlée invraisemblable de caméramans et de photographes (dont l’un a été raffûté par Jérôme Cahuzac, d’une poussée de la main sur le visage, comme au rugby, devant l'auteur de ces lignes).