Pour la mort d’un enfant, le salarié n'aura plus les mêmes droits

Les parlementaires s'étaient mis d'accord pour allonger la durée des congés liés à la mort d'un proche. Le gouvernement a choisi un autre chemin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mais à qui le gouvernement compte-t-il faire plaisir avec cet article ? Un consensus s’était dégagé depuis quelques années : il fallait octroyer un plus grand nombre de jours de congé en cas de décès d’un enfant ou d’un conjoint.