PARIS (Reuters) - Les principaux syndicats de magistrats sont vent debout contre le projet de loi du gouvernement français qui transfère dans le droit commun une partie des mesures prises dans le cadre de l'état d'urgence pour lutter contre le terrorisme.