En Occitanie, l’acquisition de deux fermes par l’armée sème le trouble sur l’avenir de terres agricoles

Une ferme cévenole en cours d’acquisition dans le Gard ; une autre achetée en Aveyron sur les contreforts du Larzac : en Occitanie, l’armée est en train de mettre la main sur des terres agricoles. La Safer, rouage de ces transactions, a pourtant pour mission d’y favoriser l’installation d’agricultrices et d’agriculteurs.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Jeannine Bourrely n’en revient pas. « Nous avons mis une trentaine d’années à monter un tourisme local, à développer le chemin de Stevenson avec des sentiers de randonnée, des gîtes, des produits locaux… Je ne comprends pas ce que l’armée vient faire là. » Dans ce paisible coin des Cévennes, sur la commune de Saint-Jean-du-Gard, l’armée veut transformer la ferme-gîte de Bannière en site opérationnel pour le 2e régiment étranger d’infanterie (REI) basé à Nîmes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal