Négligences, coups, incestes : au CHU de Montpellier, le souci permanent de repérer les enfants victimes

Par

En 2020, le « Groupe enfance en danger » a constaté une augmentation de 60 % des situations de violences faites aux enfants et signalé 110 cas au procureur. Reportage auprès d’une équipe singulière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Montpellier (Hérault).– Sous le regard de Winnie l’ourson, la pédiatre et médecin légiste Barbara Lormeau ausculte Alice*, âgée de 10 mois, dans un box de consultation des urgences pédiatriques du CHU Lapeyronie à Montpellier. Ses parents sont déjà venus la veille, inquiets d’avoir entendu un craquement en lui manipulant le bras. Comme la première radiographie a montré une anomalie au poignet, le médecin a prescrit des examens complémentaires – une précaution systématique en cas de fracture inexpliquée chez un enfant de moins de 2 ans.