Covid: le variant anglais alarme dans les établissements scolaires

Par

Face au variant anglais, le gouvernement ne compte pas fermer les établissements scolaires, ni renforcer à ce stade le protocole sanitaire. La communauté éducative craint que la situation ne devienne incontrôlable si le virus circule davantage chez les enfants.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La diffusion du variant anglais du SARS-CoV-2, a priori plus contagieux, commence à inquiéter de plus en plus en France, notamment dans les établissements scolaires. Une crainte alimentée par le fait qu’à Bagneux (Hauts-de-Seine), un animateur « exerçant dans deux établissements de la ville », selon le rectorat de Versailles, testé positif au Covid-19 avant les vacances de Noël, serait le premier cas « autochtone » : il n’avait pas voyagé au Royaume-Uni, ni été en contact avec des personnes en revenant. L’Agence régionale de santé (ARS) a diligenté une enquête épidémiologique et une campagne de dépistage massive a démarré vendredi 8 janvier, qui devrait toucher jusqu’à 2 000 personnes. Chaque résultat positif sera analysé de façon détaillée pour détecter d’éventuels cas du variant britannique.