Mélenchon, Hamon, Macron: trois nuances de vert

Par

L’élection présidentielle ne compte pas de candidat estampillé EELV. L’écologie n’en est pas moins représentée. Jean-Luc Mélenchon veut la planifier, et en a fait un pan très important de son programme. Benoît Hamon y est venu récemment, mais y voit un des moyens de rendre le « futur désirable ». Emmanuel Macron en a mis un peu dans son programme, dans la continuité de l’actuel quinquennat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une élection sans candidat estampillé écolo, mais où l’écologie a trouvé sa place : si Yannick Jadot, le candidat désigné par la primaire EELV, a finalement renoncé après avoir trouvé un accord avec le candidat issu de la primaire du PS, Benoît Hamon, la question environnementale a sans doute rarement été aussi représentée qu’en 2017. Du moins à gauche. Le candidat Les Républicains, François Fillon, tout à son virage bien penché à droite pour faire oublier les affaires qui le concernent, n’en dit quasiment pas à mot. Marine Le Pen, pour le FN, y consacre 7 points – pour la plupart assez flous – sur un programme qui en compte 144. Restent, de droite à gauche, Emmanuel Macron (En Marche !), Benoît Hamon (PS) et Jean-Luc Mélenchon (France insoumise). Pour les deux derniers, l’écologie est carrément le cœur du programme.