Violences sexuelles: la gauche a-t-elle perdu ses repères?

Demande de durcissement des peines, volonté de bannir Bertrand Cantat de la sphère publique, allongement des délais de prescription… Dans leur combat contre les violences sexuelles, les associations et personnalités de gauche sont souvent en porte-à-faux par rapport à ce qu’elles défendent sur d’autres thématiques. Mediapart a interrogé juristes et militants alors qu'a débuté en commission mercredi 9 mai l’examen du projet de loi Schiappa à l’Assemblée nationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Allongement des délais de prescription, âge de non-consentement pour les mineurs, durcissement des peines, volonté de bannir Bertrand Cantat de la sphère publique : dans leur combat contre les violences sexuelles et sexistes, les militantes et militants de gauche ont-ils perdu leurs repères ? Dès lors qu’on aborde le sujet ultrasensible des violences sexuelles, certaines activistes féministes et certaines associations semblent, de prime abord, prendre des positions à rebours de celles qu’elles défendent sur d’autres thématiques.