L’antiracisme face aux pièges de la société du spectacle

Par

Si l’absence de pertinence du concept de racisme anti-Blancs devient un dogme pour une partie de la gauche, la proclamation de l’étendue de sa réalité devient un étendard pour les extrêmes droites, mais aussi des personnes droitisées. Des deux côtés, on défend son point de vue en affirmant qu’il est le réel, sans s'encombrer de nuances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et voici que, à la suite des propos de Lilian Thuram sur le racisme dans les stades italiens (où, parlant des supporters de football, il indique qu'il « est nécessaire d’avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être », s'attirant les foudres de la Licra et du commentateur sportif Pierre Ménès), resurgit le débat sur l'existence d'un racisme anti-Blancs. Il faut prendre au sérieux la complexité de ce que recouvrent ces polémiques autour des questions de race, pour mieux en saisir les nuances.