Le ministre de l'intérieur sommé de communiquer sa fiche DCRI à un citoyen

Par

La cour d'appel administrative de Paris vient d'enjoindre le ministre de l'intérieur de communiquer à Raymond Avrillier une partie des données de la DCRI le concernant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une petite victoire de plus pour Raymond Avrillier, citoyen retraité à l’origine de l’affaire des sondages de l’Élysée, dans son combat pour la transparence de la vie publique. Le 4 juillet 2013, la cour administrative d’appel de Paris a confirmé une décision du tribunal administratif de Paris enjoignant le ministre de l'intérieur Manuel Valls de lui communiquer les informations le concernant qui pourraient figurer au fichier de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans un délai de deux mois. À l’exception « de celles d'entre elles dont le contenu mentionnerait de façon précise les missions confiées aux services du renseignement » et qui sont donc à juste titre classifiées et incommunicables.