Grenelle des violences conjugales: 20 à 30 femmes mourront avant

Par

Depuis le 1er janvier, 76 femmes ont été tuées par leur compagnon ou leur ex-compagnon. Un décompte macabre qui ne semble jamais s’arrêter. En réponse, Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, annonce un Grenelle des violences conjugales… à la rentrée. D’ici là, des maris ou ex-maris continueront d’assassiner.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vingt femmes vont mourir. Tuées par leur mari, leur petit ami ou leur ex. D’ici au 3 septembre 2019, si l’on en croit la traditionnelle statistique « une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint », une vingtaine d’entre elles vont perdre la vie. Si l’on établit le calcul sur la base du décompte actuel effectué par le collectif « Féminicides par compagnon ou ex », il s’agit plutôt d’un décès tous les deux jours. À ce rythme-là donc, d’ici au 3 septembre, elles seront trente à être tuées par l’homme qui partage ou a partagé leur vie.