Au tribunal, Tariq Ramadan face à l’une de ses accusatrices

Par

Une amende a été requise mercredi soir contre l'islamologue Tariq Ramadan, qui avait divulgué l'identité d'une des femmes qui l'accusent de viols. Laquelle affirme que depuis, elle subit un harcèlement, notamment sur les réseaux sociaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Douloureuse face au tribunal, Christelle (*) égrène la liste des troubles psychiques et physiques qu’elle subit depuis qu’elle est la cible de soutiens inconditionnels de Tariq Ramadan, qui la harcèlent notamment sur les réseaux sociaux. Elle tient l’islamologue suisse, qui a divulgué son identité après son dépôt de plainte pour viol contre lui en 2017, pour responsable de ses maux.