Rejets radioactifs: de drôles d'arrangements à la centrale de Dampierre

Par
La centrale nucléaire de Dampierre a rejeté dans l'atmosphère des éléments radioactifs, de l'iode et du xénon. Ils provenaient de fuites importantes sur les gaines de combustible de l'un des réacteurs. En pleine phase d'évaluation de sûreté des installations françaises, ces anomalies révèlent l'écart entre la théorie de la sûreté de l'atome et la pratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est une histoire de fuites et de rejets de produits radioactifs comme il peut s'en produire dans les centrales nucléaires françaises. Celle-ci sort des normes par l'ampleur des pertes observées, et parce qu'elle a semé le trouble parmi une partie du personnel. Pourtant, ces anomalies sont invisibles au monde extérieur : parce que les volumes d'iode et de xénon, les gaz émis dans l'atmosphère par le site de Dampierre en août dernier, restent inférieurs aux seuils autorisés, l'autorité de sûreté du nucléaire (ASN) n'en a pas fait état.