Municipales: le «Printemps marseillais» retrouve des couleurs

Par Lisa Castelly (Marsactu)

Coup de théâtre à Marseille. Alors que l’union de la gauche pour les municipales achoppait sur la désignation de la tête de liste, l’élection de l’écologiste Michèle Rubirola comme candidate à la mairie a mis tout le monde (ou presque) d’accord.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si l’équipe est la même qu’au début, la feuille de match est légèrement différente. Et cela change tout. À la veille de 2020, l’espoir d'une union de la gauche et des citoyens portée par le Printemps marseillais aux municipales semblait au bord de l’implosion. Mais cette semaine, coup de théâtre : le renoncement du socialiste Benoît Payan et l’élection de Michèle Rubirola comme tête de liste du Printemps marseillais a finalement mis tout le monde d'accord en interne, et pourrait même rebattre les cartes à gauche et chez les écologistes à l'approche du mois de mars (lire ici l’analyse de Marsactu).