Loi «anticasseurs»: Macron donne raison à l’opposition

Par et

Après des semaines de controverses, le président de la République a annoncé son intention de saisir lui-même le Conseil constitutionnel au sujet de la loi « anticasseurs » qui doit être votée conforme au Sénat, le 12 mars. Ce faisant, il devance l’opposition, calme sa majorité et affaiblit son premier ministre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’annonce a été glissée par Benjamin Griveaux à l’issue du conseil des ministres du 11 mars, sur le ton de l’évidence, comme si la situation n’avait rien d’exceptionnel. Notant que « le Sénat semblait s’orienter sur un vote conforme » de la loi dite « anticasseurs », Emmanuel Macron a indiqué au gouvernement son intention de saisir lui-même le Conseil constitutionnel. « Il est ainsi pleinement dans son rôle de garant des libertés publiques dans notre pays », a conclu le porte-parole du gouvernement, avant de passer à un autre sujet.