Hausse des frais dans le supérieur: le dossier qui attend Hamon

Par

Des hausses ont déjà eu lieu cette année dans les grandes écoles. Selon nos informations, le ministère réfléchit à relever ces droits à l'université, au niveau des masters.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Parmi les sujets sur lesquels le tout nouveau ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, Benoît Hamon, va devoir rapidement trancher, la question des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur est l’une des plus délicates et potentiellement des plus explosives. Le sous-financement de plus en plus criant qui y sévit – encore aggravé par l’objectif de trouver 50 milliards d’économie en trois ans – a réveillé le camp de ceux qui estiment que le principe de la gratuité – ou quasi-gratuité – des études supérieures est aujourd’hui obsolète.