Après l’échec de Yannick Jadot, l’écologie politique au bord de l’éclipse

Le candidat du pôle écologiste réalise une contre-performance ce 10 avril en réunissant 4,7 % des voix. Dans son allocution, il a appelé aux dons pour rembourser sa campagne, et au sursaut pour les législatives. Au risque d’un effacement de son courant politique au plan national cinq ans durant. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’amertume, la déception, voire la rage. À La Bellevilloise, dans le XXarrondissement de Paris, trois sentiments se mêlent parmi les soutiens de Yannick Jadot, ce soir du 10 avril. Avec un score autour de 4,7 % des voix, le candidat du pôle écologiste (qui réunit Europe Écologie-Les Verts, Génération·s et Génération Écologie) réalise une contre-performance. Après ses 13,48 % aux européennes de 2019, et la prise de plusieurs grandes villes par les écologistes aux municipales de 2020 (Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers…), il plafonne en deçà du score record de Noël Mamère à l’élection présidentielle de 2002 (5,25 %). 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal