Eric Cesari, l'homme des «coups montés» de Sarkozy

Par

L'ex-directeur général de l'UMP est à son tour rattrapé par l'affaire Bygmalion. Installé par Nicolas Sarkozy dès 2007 aux commandes du parti, cet élu de Courbevoie, biberonné aux réseaux Pasqua, est depuis toujours l'un des fidèles exécutants des manœuvres politiques de l'ancien chef d'État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On le présente souvent comme l’homme de l’ombre de Nicolas Sarkozy. Il est surtout celui de ses manœuvres politiques. Éric Cesari, 55 ans, a été placé à l’UMP par l’ancien président de la République en 2007, d’abord comme directeur de cabinet, puis comme directeur général du parti. Un poste dont il a été officiellement écarté lundi 16 juin, pour être remplacé par Philippe Gustin, ancien ambassadeur de France en Roumanie et ancien directeur de cabinet de Luc Chatel.