Jean-Marie Le Pen devient très encombrant pour sa fille, mais pas seulement à cause de ses sorties aux relents antisémites. Le président d'honneur du Front national est aussi visé par une enquête préliminaire sur son patrimoine ouverte fin 2013, déclenchée après que la Commission pour la transparence financière de la vie politique a évalué son enrichissement personnel à 1 127 000 euros entre 2004 et 2009 et l’a jugé suspect, d’après des informations recueillies par Mediapart.