Hollande, l’hyperprésidence solitaire

Par

Malgré ses promesses de campagne, c’est le président de la République qui décide de tout, ou presque. Provoquant parfois le désarroi de sa majorité et même de ses collaborateurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je me suis fait avoir par votre organisation, à Jean-Marc et à toi. » En ce mois d’avril, Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, est furieux et il le fait savoir à François Hollande. Il a découvert à la télé les propositions du président de la République après les aveux de Jérôme Cahuzac. « Barto » avait été reçu à Matignon par Jean-Marc Ayrault, il avait plaidé sa cause et croyait avoir été entendu. Alors quand il regarde le président de la République imposer la transparence du patrimoine des députés, « (sa) mâchoire a failli se décrocher », raconte-il des mois après. « François Hollande est le plus convivial mais aussi le plus solitaire. C’est même le plus grand solitaire de la République. Cela complique les choses », dit encore Bartolone.