Rentrée : l’atterrissage dans la douleur des profs fraîchement diplômés

Une semaine après leurs débuts, l’heure est aux premiers constats pour les nouveaux titulaires. Entre affectation à la dernière minute, conditions de travail dégradées et bas salaires : la rentrée est synonyme, pour nombre d’entre eux, d’improvisation et de désillusion.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La veille de la rentrée des classes, Solène, professeure des écoles tout juste titularisée à Paris, reçoit sur les coups de 21 heures un mail du rectorat. Lapidaire, le courriel lui indique que son affectation a été modifiée, sans concertation. Elle apprend que dès le lendemain, elle devra tenir la craie devant une classe de CE1. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal