Enfants handicapés : l’exil forcé en Belgique continue

Par

Le candidat Macron avait promis de dégager les moyens nécessaires pour stopper les départs de mineurs contraints d’aller chercher une scolarité adaptée à l’étranger. Une fable, constatent aujourd’hui de nombreux parents. Les familles de Victor, Vadim et Louis ont accepté de témoigner.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À en croire le gouvernement, la France aurait mis fin à l’exil forcé des mineurs en situation de handicap, longtemps contraints, faute de places adaptées dans l’Hexagone, d’aller s’inscrire en Belgique. « Les enfants ne partent plus », s’est félicitée Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, le 17 septembre dernier.