Le président de la République et le terroriste

Au procès des attentats du 13 -Novembre, l’audition de l’ancien président de la République n’a pas donné lieu à un échange polémique avec Salah Abdeslam mais avec l’avocate de celui-ci. L’occasion pour François Hollande de jouer une dernière fois le rôle de chef de l’État.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Au bout d’une audience de sept heures, il s’est manifesté. Mais, on ne l’a ni vu ni entendu. C’est par la réponse que lui a adressée Jean-Louis Périès que l’on a compris qu’il avait envie d’en découdre. « Non, monsieur Abdeslam. Si vous avez des questions, vous passez par vos conseils ! », l’a admonesté le président de la cour d’assises spécialement composée.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal