Primaire à droite: Sarkozy soupçonné de vouloir saborder le scrutin

Par

En s’arc-boutant sur les modalités de vote des Français de l’étranger à la primaire, Nicolas Sarkozy fait monter d’un cran la tension avec ses concurrents. Ces derniers redoutent que l’ex-chef de l’État ne sabote le vote et ne fasse en sorte de réduire le corps électoral.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Certains parlent du « coup de force » de Nicolas Sarkozy. D’autres d’un « ballon d’essai » destiné à voir comment ses adversaires réagissent au fait du prince. Les partisans de l’ex-chef de l’État arguent pour leur part qu’une règle est une règle. Et qu’il faut s’y tenir. Quelle que soit l’interprétation qui en est faite, la question des modalités de vote des Français de l’étranger pour la primaire, soulevée par le patron de LR (ex-UMP) en bureau politique le 3 mai, apparaît aux yeux de tous comme le premier accroc dans l’organisation déjà complexe du scrutin de novembre.