A Saint-Nazaire, une travailleuse sociale licenciée pour avoir critiqué la ville et la police

Par

Après vingt ans de travail social et d’engagements militants, Christel Husson s’est vu reprocher son militantisme par son employeur, l’Agence départementale de prévention spécialisée de Saint-Nazaire. Et ses prises de position proches des « gilets jaunes » et critiques envers les élus et la police.
 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Des élus et des policiers ont demandé ma démission, ils l’ont eue. » En vingt ans de travail social en région parisienne, jamais Christel Husson ne s’était vu reprocher ses engagements militants. C’est désormais chose faite. À Saint-Nazaire, où elle avait déménagé, la travailleuse sociale a vu sa période d’essai en tant que chef de service à l’Agence départementale de prévention spécialisée s’arrêter subitement au motif de sa participation à des manifestations de « gilets jaunes », huit mois avant sa prise de poste.