À Paris, des dizaines de milliers de personnes ont défilé « contre les idées rances » et l’extrême droite

Par

Venus montrer que « quelque chose d’autre » existe dans une France en voie de « fascisation », les manifestants de ce 12 juin s’interrogeaient aussi sur le manque de débouché politique à gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Y aura-t-il un avant et un après le 12 juin 2021 ? Ce samedi, c’est un long cortège (70 000 personnes à Paris, et 150 000 dans toute la France, selon les organisateurs, quoi qu’il en soit, bien plus que les 9 000 annoncés par la police) qui a serpenté sous le soleil parisien, de la place de Clichy à la place de la République. Dans la foule, composite, qui a fait le trajet, on trouvait à peu près tous les visages de la gauche actuelle : militants politiques et syndicaux, défenseurs des migrants, collectifs LGBTQI+ et féministes, membres de mouvements écologistes ou contre les violences policières, collectifs antifascistes et antiracistes, et même quelques gilets jaunes…