Référendum en Nouvelle-Calédonie: l'enjeu crucial de la liste électorale

Par

Près de 23 000 Kanaks ne sont toujours pas inscrits sur la liste électorale en vue du référendum pour l’autodétermination prévu en novembre 2018. L’enjeu pour l’exécutif français est de taille, ce chiffre étant susceptible de faire la différence au moment du vote.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous les Français vivant en Nouvelle-Calédonie ne pourront pas voter lors du référendum d’autodétermination organisé en novembre 2018 dans cet archipel de l’océan Pacifique, français depuis 1853. La consultation donne la parole à un corps électoral restreint, dont les contours ne sont pas encore définitivement délimités. Cette question sera au centre de la réunion du comité des signataires de l’accord de Nouméa, chargé d’assurer depuis 1998 le suivi du processus décolonial : à un an de la consultation, ce rendez-vous, attendu entre fin octobre et début novembre 2017 à Paris, devrait constituer un temps fort des discussions entre les indépendantistes, les « loyalistes » et l’État français.