Régionales: ces candidats FN investis malgré les enquêtes judiciaires

Par

Toujours prompt à dénoncer les affaires touchant les autres partis, le FN a investi, en position éligible, plusieurs candidats visés par des enquêtes judiciaires, voire mis en examen. Le 9 novembre, Marine Le Pen, tête de liste dans le Nord, a refusé pour la seconde fois de se rendre à sa convocation chez les juges dans l'affaire du financement du FN.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Front national va-t-il devoir ranger une fois pour toutes ses affiches anticorruption (« Tête haute, mains propres », « Tous pourris », etc.) ? Le 9 novembre, sa présidente – et tête de liste dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie – a de nouveau refusé de se rendre à la convocation des juges dans l'affaire du financement du FN. Pour les élections régionales, le Front national a aussi investi en position éligible plusieurs personnages au cœur d’enquêtes judiciaires. Ces candidats bénéficient évidemment de la présomption d’innocence, mais le parti de Marine Le Pen n’a pas toujours eu la même vision s’agissant, hier, des mises en examen au PS et à l’UMP.