Le parquet fait appel de la relaxe de Guérini

Par

Lundi, le tribunal correctionnel de Marseille avait relaxé le président du conseil général des Bouches-du-Rhône (qui a quitté le PS), considérant que les faits de détournement de fonds publics, pour lesquels il était poursuivi, n’étaient « pas caractérisés ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Noël Guérini n'en a pas fini avec son affaire de licenciement présumé abusif de son ex-collaborateur. Le parquet a fait appel jeudi soir de la décision du tribunal correctionnel de Marseille de relaxer l’ex-patron du PS des Bouches-du-Rhône.