Après l’effondrement, familles de victimes et délogés se sentent abandonnés

Par

À la tragédie de l’effondrement de la rue d’Aubagne le 5 novembre 2018 à Marseille s’ajoute, pour les familles des victimes et les délogés, une prise en charge erratique par les pouvoirs publics. Le conseil municipal devait adopter le 10 décembre la prise en charge des frais d’obsèques. Il a été reporté au 20 décembre. Les familles attendront. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus d’un mois après l’effondrement de la rue d’Aubagne à Marseille qui a fait huit morts, le conseil municipal devait adopter le 10 décembre la prise en charge des frais d’obsèques. Il a été reporté au 20 décembre. Les familles attendront.