Inquiets de « l’après-Charlie », des militants antidiscrimination font cause commune

Par

Les responsables de diverses associations  de la Quadrature du net à La voix des Rroms en passant par Stop le contrôle au faciès, Urgence notre police assassine et le Collectif contre l’islamophobie – ont décidé de « faire cause commune », pour dire leur volonté de « ne pas céder au repli sur soi ». Et aussi leur intention de rester offensifs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Face à eux, sept journalistes ont répondu à l’invitation, dont trois venant de médias internationaux (Voice of America, la radio publique suédoise, Vice news). Trois heures durant, les militants associatifs de défense des libertés publiques et de lutte contre les discriminations ont martelé, lors d’une conférence de presse ce vendredi à Paris, leur volonté de « faire cause commune » et de « rassurer face aux peurs qui s’emparent de la population, pour que personne ne cède au repli sur soi ». Sur toutes les lèvres des présents, de la “Quadrature du net” à “La voix des Rroms” en passant par “Stop le contrôle au faciès”, “Urgence notre police assassine” et le “Collectif contre l’islamophobie” (CCIF), le même sentiment : depuis les attentats de Paris, « l’esprit du 11 janvier » correspond à une situation déjà inquiétante avant, mais en pire.