Du lancement du «grand débat» à sa restitution, un processus biaisé

Par

Quelle sera la valeur des restitutions du « grand débat » ? La question est complexe et dépend de nombreux critères : crédibilité des questionnaires, représentativité des contributions et construction des restitutions. Déjà, le lancement du questionnaire avait été très critiqué.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le « grand débat » touche officiellement à sa fin le 18 mars. Mais que va-t-il advenir des milliers de contributions des Français au cours de ces deux mois de débats ? L’exercice est inédit, mais il est aussi complexe, car le gouvernement, souhaitant désamorcer les accusations de manipulation, a promis « l’exhaustivité » et la « prise en compte » des contributions. Promesse qui ouvre en réalité plus de questions qu’elle n’en résout sur ce qui sortira concrètement du « débat », car, parallèle à cette exigence, il y en a une autre, celle d’un calendrier extrêmement serré. Outre la tenue des conférences thématiques et régionales dans le courant du mois de mars, il a été prévu que ce grand débat débouche sur un débat parlementaire début avril et des « décisions » présidentielles à la mi-avril.