Harcèlement sexuel : le projet de loi sera peaufiné au Parlement

Par et

Adopté en conseil des ministres mercredi, le texte fait consensus. Dans les détails, l’échelle des peines et le choix de certains mots font encore débat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il y avait urgence ! » affirme à Mediapart la ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. Début mai, l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel par le Conseil constitutionnel à la suite d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) avait en effet laissé « un vide juridique grave » qu’il fallait combler au plus vite (lire notre article sur le sujet).