Le Pen: son imposture sociale inquiète la gauche et l'UMP

Par

Pour séduire les classes populaires, Marine Le Pen picore chez Mélenchon, Montebourg et chez le Sarkozy de 2007. L'opération fonctionne: la présidente du FN pourrait reprendre l'électorat populaire que le candidat UMP avait déjà dérobé au PS à la dernière présidentielle. De quoi inquiéter la gauche comme la droite. Son discours, pourtant, n'est ni neuf, ni «social».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De Gaulle, Clemenceau, Einstein, Cocteau, Paul Claudel, Clovis, Jeanne d'Arc, les martyrs de Verdun, l'article 2 de la Constitution, Michel Debré, Marie-France Garaud, la «nuit du 4 Août». Il suffit d'écouter Marine Le Pen lors de ses deux derniers meetings (lire notre «boîte noire») pour comprendre que la présidente du Front national brouille les pistes, entre citations gaullistes, références à la Révolution de 1789 et classiques de l'extrême droite.