Emmanuel Macron est bien une grosse bulle médiatique

Par

Dans Marianne, le politologue Thomas Guénolé démontre, chiffres à l’appui, pourquoi le phénomène Macron est bien une énorme bulle médiatique qui a contribué à « vendre » le candidat, avant de se dégonfler.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La presse en a-t-elle trop fait sur Emmanuel Macron ? Incontestablement oui, répond le politologue Thomas Guénolé dans Marianne. Il se fonde sur une étude qui compare le poids du leader de En Marche! dans la presse (pourcentage d’articles politiques citant son nom dans le titre) à son poids sur les réseaux sociaux. Verdict : du 1er avril au 31 septembre 2016, Emmanuel Macron avait en effet 43 % de parts de voix dans les médias, contre seulement 17 % sur les réseaux sociaux. « On peut raisonnablement qualifier cette situation de matraquage médiatique pour “vendre” la marque Macron à l’électorat », dit Thomas Guénolé. La bulle a été efficace, mais elle s’est dégonflée (au moins provisoirement), puisque du 1er décembre 2016 au 31 janvier 2017, il est à 20 % de parts de voix dans les médias contre 19 % sur les réseaux sociaux, c’est-à-dire quasiment le même taux.