Les salariés de Coca-Cola en grève et en colère contre l'Etat

Par

Face à la suppression probable de 200 postes en France, les salariés de Coca-Cola ont cessé le travail mercredi 14 février. Ils ne décolèrent pas contre leur employeur, mais aussi contre l’administration, accusée de laisser faire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron l’a affirmé devant les journalistes, mardi 13 février : il ne faut pas avoir peur des plans sociaux quand « ils traduisent des ajustements économiques ». Encore faut-il s’entendre sur la nature des ajustements. Les salariés de Coca-Cola, en grève mercredi pour protester contre la suppression de près de 200 postes dans une entreprise ultra-rentable, ne partagent pas vraiment la foi présidentielle. Les quatre sites français de Coca-Cola sont touchés par le mouvement, avec des lignes totalement à l’arrêt comme à Marseille, dans l’usine des Pennes-Mirabeau.