France: Le Medef propose une "prime de précarité"

Par
Le Medef propose de mettre en place une "prime de précarité" pour compenser le recours aux contrats de travail de courte durée, contre lequel le gouvernement suggère de lutter par un système de bonus-malus rejeté par le patronat.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - Le Medef propose de mettre en place une "prime de précarité" pour compenser le recours aux contrats de travail de courte durée, contre lequel le gouvernement suggère de lutter par un système de bonus-malus rejeté par le patronat.

"On pense que le bonus malus est une très mauvaise solution à un problème qu'on ne nie pas", a déclaré le président de l'organisation patronale, Geoffroy Roux de Bézieux, à France Inter. "Le problème c'est que l'économie d'aujourd'hui partout dans le monde (...) pousse à des contrats courts."

"Ce qu'on propose, c'est que les salariés qui enchaînent plusieurs contrats courts avec le même employeur et dans le même mois se voient payer, à partir d'un certain nombre de contrats courts, une prime dite de précarité", a-t-il ajouté.

Cette prime serait payée par l'employeur "à chaque fois qu'il y a une fin de contrat", à partir de "quelques contrats par mois" - nombre à négocier par les partenaires sociaux, a-t-il précisé. "Cette prime "serait en quelque sorte la récompense financière de cette précarité ou de cette flexibilité."

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale