Une étudiante chinoise espionnait des laboratoires français

Entre avril 2018 et septembre 2021, une thésarde a passé plusieurs nuits dans des laboratoires sensibles à Metz et Strasbourg, permettant à un de ses compatriotes d’y pénétrer. La DGSI s’inquiète des nombreuses vulnérabilités des établissements de recherche français.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Thésarde consciencieuse et appliquée, Xuan Wu est une jeune femme étourdie. À plusieurs reprises, cette ressortissante chinoise s’est laissé enfermer la nuit dans les laboratoires où elle mène ses travaux sur les systèmes cyberphysiques.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal